• Au Soudan, le lourd prix de la révolution pour les familles en deuil

    Il y a 3 mois - Par La Croix

    Au milieu de dizaines de monticules de sable surmontés d'une simple pancarte avec un nom écrit à la main, Khadom embrasse la tombe de son fils, tué dans la répression du mouvement de contestation qui secoue le Soudan depuis plusieurs mois.Ce matin d'avril, Al Moez s'était rasé, avait bu un thé, avant de quitter la modeste maison où il vivait avec ses parents à Al Rimela, dans le sud de Khartoum.Son bureau, installé dans le même immeuble que la chaîne d'information qatarie...
    Lire la suite ...