• A Grande-Synthe, colère et impuissance une semaine après le démantèlement de la "Jungle"

    Il y a 2 mois - Par La Croix

    "Nous n'avons rien, nous ne savons rien", lâche Hasso, Kurde irakien de 20 ans. Une semaine après l'évacuation de la "Jungle" de Grande-Synthe , des centaines de personnes errent, à nouveau, sans accès aux services de base.Ce jour-là, sous une pluie fine, environ 200 jeunes hommes, capuche sur la tête et vêtements humides, attendent un repas près d'une zone commerciale en périphérie de la ville.La semaine dernière, les autorités ont évacué le campement de la gare de...
    Lire la suite ...